Déjà plus de 3 823 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

1ER CISR DU QUINQUENNAT - LA RÉPRESSION AVANT TOUT

Une dose de prévention, une dose de formation

Sur les dix pages du Lire le dossier du CISR les cinq premières sont consacrées à la répression, soit la moitié du rapport. Le ton est donné d’entrée, comme toujours la lutte contre l’insécurité routière est avant tout basée sur la répression.

Sur la répression :

La mesure 1 : qui innove avec la mise en place de radars « leurres » semble intéressante car cette mesure ne cherche pas à sanctionner mais à dissuader. Il faudra en évaluer les résultats avec précision.

La mesure 2 : renforce un système redoutable de répression. L’intention est claire avec cette mesure gare à vos points. Mais que signifie « en confiant leur mise en oeuvre à des prestataires agréés« , doit-on comprendre que des sociétés privées feront la police de la route ?

La mesure 3 : Développement des radars multifonctions. La première phrase fait sourire « développer et augmenter le nombre d’infractions constatables… ». j’aurais préféré « développer la capacité des radars à détecter une plus grande variété d’infractions ». Car évidemment il ne s’agit pas d’augmenter les infractions. Enfin j’espère. Là où l’on peurt avoir un doute c’est dans l’affirmation que ces radars seront placés après : « une étude approfondie de l’accidentalité du site », je doute, je doute.

Les mesures 4, 5 et 6 : ce sont là des mesures de répression ce n’est pas équivoque.

Voilà donc des mesures qui ciblent particulièrement la vitesse. Je note que l’on y parle, entre autres, de lutter contre les dépassements par la droite, très bien mais dans ce cas pourquoi ne pas lutter contre ceux qui roulent dans les voies du milieu sans justification et qui sont eux mêmes la cause de dépassement par la droite ?

Autant je trouve que la répression aveugle et sans discernement sur la vitesse est insupportable, autant les mesures suivantes sur la lutte contre les conduites addictives telle que l’alcoolémie sont de bonnes mesures. L’alcool étant responsable de 40% des accidents il est temps de durcir le ton sur ce problème. Tout un chacun peut se retrouver en position de petit excès de vitesse, autant sur l’alcool il ne me semble pas que le conducteur boive à l’insu de son plein gré…

Mieux protéger les deux roues motorisés :

Ce sont des mesures qui vont dans le bon sens. Même si je m’interroge sur la suppression de la limite de puissance à 100cv, mais c’est une mesure de l’UE et ce gouvernement n’en est pas responsable. Je crains tout de même que cette mesure, pour moi incompréhensible vis à vis de la sécurité routière, ne vienne ruiner les efforts en matière d’accidentologie des deux roues.

Je ne suis pas certain que l’obligation du contrôle technique soit un facteur important en matière de baisse de l’accidentologie, mais s’il permet de sécuriser l’acquéreur d’un deux roues alors pourquoi pas.

Sur l’obligation du port des gants. A mon sens cela vise avant tout les jeunes titulaires du permis AM, les vrais motards sont peu nombreux à ne pas mettre de gants. Pourquoi ne pas avoir compléter cette mesure par la généralisation des airbags ? Mais il faut aussi travailler sur les infrastructures, les rails sont de véritables dangers pour les motards ils doivent être supprimés et ce n’est qu’un exemple.

Groupe+GUYOT+3+-+Rapport+CIF+-+2013-p reste un facteur d’accident qui doit être étudié et le sujet n’a pas été traité totalement. J’ai toujours pensé que lors de la dernière réforme du permis moto il fallait inclure une formation ou au moins une sensibilisation sur la remontée de file. Il m’a été répondu que la remontée de file étant interdite il n’y avait pas lieu d’en parler. Quelle hypocrisie ! Tous les motards remontent les files et les remonteront encore et toujours. Je reste persuadé qu’il faut sensibiliser et former les motards aux dangers de cette pratique.

Faire entrer la sécurité routière dans l’ère numérique :

Macron était présent ?

je dirai simplement que de nombreux points sont déjà en pratique comme les avertisseurs sonores de non bouclage des ceintures, au moins aux places avant. De même pour les systèmes ABS que les constructeurs mettent dans tous les véhicules. Seule réserve la France peut-elle, à elle seule, imposer aux constructeurs des dispositifs ? Ne faut-il pas passer par l’UE ?

Le monde de l’enseignement et celui de la prévention :

mesure complémentaire D27, le CECUR.

Il s’agit d’une expérimentation, très bien je n’y suis pas opposé, je suis seulement sceptique et méfiant.

Sceptique car les concepteurs ont vendu le projet en affirmant qu’il permettra aux jeunes de prendre moins de leçons de conduite pour avoir le permis. Je demande à voir les études qui permettent cette affirmation. A moins que l’on baisse l’exigence du permis de conduire ? Et puis n’oublions pas la dernière phrase de ce paragraphe :

« sur la base d’une réduction proportionnelle de la période d’apprentissage à l’obtention du permis. »

Nos gouvernants sont toujours préoccupés par le coût du permis qui passe avant tout. Donc le gouvernement nous dit ok pour le CECUR, mais le prix global de la formation en doit pas augmenter. Que ceux qui ont vendu ce projet avec l’affirmation que les jeunes prendront moins de leçons nous expliquent concrètement comment cela va se faire. merci d’avance.

« Méfiant car si l’on met le CECUR en regard de la future labellisation et de la demande de certaines organisations professionnelles, je me pose la question de savoir si toutes les écoles de conduite seront éligibles à cette formation. Certaines formations devront être réservées aux seules écoles labellisées, voilà ce que certains souhaitent.

Développement du permis à 1€.

Faut bien admettre que ça patine dans la montée en puissance ! De là à envisager la création d’un fond de garantie pour permettre l’accès au crédit, pourquoi pas, mais qui alimente ce fond ? Les entreprises ? Les assureurs ? Je me souviens de l’idée qui avait été émise d’alimenter ce fond par une ponction sur le chiffre d’affaire des écoles de conduite. Le commerçant qui paie pour que son client puisse le payer ! Je sais ce que certains souhaitent sur ce point, à suivre.

L’entreprise :

les mesures D32 et D33 vont dans le bons sens, je l’avis déjà écrit l’entreprise peut être un levier de premier plan. Il s’agira tout de même de ne pas mélanger prévention et formation comme c’est trop souvent le cas. Quand à la formation il y a déjà des professionnels reconnus qui pratiquent l’entreprise depuis longtemps il faudra s’appuyer sur leur expertise et leur expérience pour ne pas faire n’importe quoi.

Conclusion :

Voilà un dossier complet qui, à mon goût, fait la par belle à la répression, mais propose des ouvertures pour la formation. Souhaitons que la formation puisse trouver sa place et que les professionnels y trouvent des possibilités de développer leurs entreprises par la diversification.

Accordons quand même une note positive au gouvernement.