Déjà plus de 3 855 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

80 km/h : report du vote du CNSR au 16 juin !

L’assemblée plénière du Conseil national de sécurité routière (CNSR) a été déplacée du 16 mai au 16 juin 2014. L’ultra-sensible dossier des 80 km/h pourrait être la cause de ce report.

La prochaine assemblée plénière du Conseil national de sécurité routière (CNSR) était programmée le 16 mai 2014. Son président, le député PS Armand Jung, et le bureau du CNSR ont pris la décision de la repousser au 16 juin.

Selon nos informations, cette décision est justifiée par l’arrivée récente au ministère de l’Intérieur de Bernard Cazeneuve, ainsi que celle de Jean-Robert Lopez aux postes de délégué interministériel à la Sécurité Routière et directeur de la Direction à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) qui dépend du ministère de l’Intérieur.

Selon les dirigeants du CNSR, ce délai d’un mois supplémentaire permettra de leur laisser le temps de s’imprégner des dossiers en cours.

Cette justification officielle pourrait en masquer une autre, d’ordre politique : il s’agirait, d’après une source proche du dossier, de repousser après les élections européennes une éventuelle recommandation au gouvernement, qui serait émise par le CNSR après un vote lors de cette plénière, de baisser la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire. Les élections européennes ont lieu le 25 mai 2014.

Dossier sensible 

Cette hypothèse est crédible. Il semble en effet étonnant de justifier le report de l’assemblée plénière d’une instance censée être indépendante de l’exécutif (ce qui était annoncé lors de la création du CNSR en 2012), par l’arrivée aux commandes d’un ministre et d’un délégué sécurité routière. Ce dernier a, de surcroit, pris son poste le 7 avril 2014, plus d’un mois avant la date initiale de l’assemblée du CNSR.

Mobilisation des anti 
La mobilisation des anti-80 km/h, dont le point d’orgue fut les manifestations organisées par la FFMC le 12 avril, amplifiées par le lobbying des associations d’automobilistes, aurait donc influencé les décideurs politiques : pas question de gonfler la grogne des conducteurs français à l’approche d’une échéance électorale déjà compliquée.

Si cette hypothèse se vérifiait, il y aurait cependant fort à craindre que la mesure sera effectivement recommandée par le CNSR au gouvernement, le 16 juin donc et non plus le 16 mai. Ce que nombre de spécialistes ont déjà annoncé. Au vu de la composition du Conseil, l’issue d’un vote en plénière ne ferait aucun doute.

Expérimentation 
Si c’est effectivement le cas, d’après nos informations, le CNSR recommanderait une phase d’expérimentation dans certains départements (les plus accidentogènes) plutôt qu’une généralisation d’emblée à l’ensemble des routes secondaires sur le territoire national. Expérimentation dont les modalités restent à définir.

Il reste également à savoir quand sera prise la décision d’adopter la mesure, ou phase de test : celle-ci revient au ministre de l’Intérieur qui, traditionnellement, l’annonce à l’issue d’un comité interministériel de sécurité routière (CISR). Mais si le ministre compte s’appuyer sur la recommandation du CNSR pour justifier la mesure, le calendrier va se compliquer, la trêve estivale et les migrations routières des grandes vacances arrivant très vite après le 16 juin.