Déjà plus de 3 888 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

Assemblée nationale: La formation aux premiers secours à l'occasion du permis de conduire en débat

POLITIQUE – La proposition de loi a été adoptée à l’unanimité au Sénat...

L'Assemblée nationale se prononcera jeudi sur une proposition de loi UMP, déjà adoptée à l'unanimité au Sénat en première lecture, ajoutant une formation aux premiers secours dans la préparation du permis de conduire.

Au menu d'une journée «niche parlementaire», réservée à des propositions de loi du principal groupe d'opposition, ce court texte a été voté en commission des Lois, dans une version modifiée par des amendements du gouvernement, au grand dam du rapporteur UMP à l'Assemblée Bernard Gérard.

«L'obligation de formation aux premiers secours des futurs conducteurs, pratiquée dans de très nombreux pays européens, apparaît comme un moyen permettant de réduire la mortalité sur la route, en accélérant l'arrivée des secours et en favorisant, durant leur attente, la survie des blessés grâce à quelques réflexes simples», selon ce député-maire UMP de Marcq-en-Baroeul (Nord).

Plus d’1,5 million de candidats chaque année

Plus de 1,5 million de candidats se présentent chaque année en France à l'examen du permis de conduire.

La seule obligation légale existante sur les premiers secours pour un public assez large, une formation de 7 heures pour obtenir une attestation de prévention et secours civique de niveau 1, est «mal respectée» puisque seuls 20% des élèves de troisième sont formés par an, selon le rapporteur.

Telle que réécrite, la proposition de loi stipule que les candidats au permis de conduire seront formés aux notions élémentaires de premiers secours. Leur formation sera ensuite soumise à «une évaluation», au lieu d'être «sanctionnée» dans le cadre de l'examen, comme le prévoyait jusqu'alors le texte.

Le contenu précis de cette formation et les modalités de vérification de son assimilation par les candidats sont fixés ultérieurement par le gouvernement.