Déjà plus de 3 888 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

ETAT D'URGENCE POUR LA MOTO EN FRANCE !

Des projets pour la moto, l’Etat en a plein, le problème, c’est qu’ils vont rarement dans le sens des motards. Moto Journal fait le point sur ce qui attend le monde de la moto en 2016 et après.

Le permis A2, pour tous !

Après le nouveau code de la route, où les taux de réussite ont plus que chuté, l’Etat s’est tourné plus directement vers la moto. C’est la dernière lubie de l’Etat : tout le monde va maintenant devoir passer par la case permis A2, et ce, que vous ayez 20 ou 50 ans. Votre moto développera donc 47.5 chevaux. Il ne sera donc plus possible d’obtenir un permis A sans passer par le permis A2 et donc les deux ans en 35kW qui vont avec.

Avant le 3 décembre 2016, quelques rares privilégiés pourront échapper à la règle du permis A2.

Les motos écoles pourront continuer d’utiliser des motos de plus de 47.5 ch pour dispenser leurs formations jusqu’à la fin de l’année 2016.

La deuxième catégorie de chanceux, c’est les personnes qui se sont inscrites il y a six mois maximum à partir du 3 juin 2016. Bien évidemment, elles devront aussi avoir minimum 24 ans le jour de l’épreuve, c’est-à-dire avant 3 décembre 2016.

Le permis A2, pour tous !

Un permis déjà réformé il y a trois ans

Pour rappel, la dernière réforme d’importance du permis moto date de janvier 2013, lors de l’entrée en vigueur du permis européen. C’est à cette date qu’était introduit le permis A2 qui limitait l’accès aux jeunes conducteurs à des motos n’excédant pas 35 kW (47.5 ch) et au rapport poids/puissance inférieur à 0.2 kW/kg. Cette mesure était un moindre mal puisque, précédemment, les jeunes permis devaient passer par la case kit de réduction de puissance à 34 ch.

Les motos d’avant 1999 interdites dans Paris

La bonne nouvelle concernant ce sujet, c’est qu’un an a été gagné. En effet, à la base, les motos d’avant 2000 devaient être interdites dans Paris à compter du 1er juillet 2016. Cependant, l’annonce a été changée le 1er juin 2016 puisque les motos concernées par cette nouvelle loi seront finalement celles datant d’avant 1999.

Sachez tout de même que l’interdiction est valable du lundi au vendredi de 8h à 20 h. C’est bien connu, les motos polluent moins de nuit ou le week-end ! Le pire dans tout cela, c’est que Paris ne compte pas s’arrêter là. Même si aucun plan n’a été dévoilé pour le moment, 2020 semble être une année clé. Plus nous nous rapprocherons de cette année et plus les motos autorisées dans Paris devront être récentes.

Les motos d’avant 1999 interdites dans Paris
Quels contrôles seront mis en place et qu’est-ce-que je risque ?

Dans un premier temps, votre carte grise sera la preuve que votre moto correspond à celles autorisées dans Paris. Mais à partir du 1er janvier 2017, des vignettes, qui correspondront aux niveaux de pollution, seront obligatoires. En ce qui concerne l’amende, elle sera à hauteur de 35 euros pour les motos, qui seront verbalisables dès le 1er octobre 2016. Cependant, à partir du 1er janvier 2017, l’amende passera à 68 euros.

Ce n’est pas le seul changement que va compter la capitale puisque les voies sur berges parisiennes rive droite seront définitivement fermées à la fin de l’été 2016 ! D’ailleurs, d’autres villes comptent bien suivre l’exemple de Paris en matière de restriction… Ça promet !

L’expérimentation de l’interfile… Pour être bien sûr que ça fonctionne !!

Depuis le 1er février 2016, la circulation interfiles est officiellement expérimentée dans 11 départements français, dont 8 en Ile-de-France. Une expérimentation qui doit durer 4 ans (!), suivant des règles précises, et dont on se demande toujours à quoi elle peut réellement servir alors qu’une écrasante majorité de motards et autres scooteristes en sont adeptes chaque jour depuis des années – décennies ; Moto Journal l’a écrit à de nombreuses reprises.

Petite précision, la circulation en interfile n’étant autorisée que sur les autoroutes et routes à au moins deux fois deux voies séparées par un terre-plein central et où la vitesse autorisée est comprise entre 70 et 130 km/h, cela signifie donc qu’elle est interdite en ville et, par exemple, sur les quais de Seine de Paris.


L’expérimentation interfile en cours d’expérimentation
Quels départements sont concernés par la circulation interfiles ?

Paris
Hauts-de-Seine
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Seine-et-Marne
Yvelines
Essonne
Val d’Oise
Rhône
Gironde
Bouches-du-Rhône
Une expérimentation pour légaliser l’interfile ? Non !

Dans son communiqué de presse, la Sécurité routière est très claire sur ce point : « L=les objectifs de l’expérimentation ne sont certainement pas de « légaliser » la pratique actuelle de l’interfile ». En fait, les objectifs sont de :

« Fixer des règles pour sécuriser et encadrer une pratique qui peut s’avérer périlleuse en dehors de ce cadre : vitesse excessive, slalom entre les véhicules, non respect des distances de sécurité ;
Favoriser la bonne compréhension par tous les usagers de ces règles de bonne conduite et par conséquent apaiser les tensions que peut causer l’actuelle pratique anarchique de l’interfiles.
Améliorer la fluidité des déplacements sur des routes congestionnées. »
Le contrôle technique des motos c’est pour bientôt ?

Mort-né, et enterré, le contrôle technique pour les motos et autres deux et trois-roues motorisés ? Rien n’est moins sûr : le gouvernement français l’a récemment ressorti de son chapeau. Mais, pas plus qu’avant, il n’a de justification. Pourtant, on espérait le dossier clos, au moins jusqu’en 2022, comme l’a décidé le Parlement européen il y a quelques années. Pourtant, le 2 octobre dernier, lors d’un Comité interministériel de la sécurité routière visant bien sûr à « améliorer la sécurité des motards », 55 mesures ont été proposées dont une qui nous a fait bondir : le contrôle technique moto, « à échéance de deux ans » et lors de la revente du véhicule en occasion.

Le contrôle technique des motos c’est pour bientôt ?
Les motards ont cependant décidé de ne pas se laisser faire concernant cette mesure. C’est pourquoi ils se sont mobilisés, dans toute la France, au mois d’avril 2016. Pour lutter contre ce projet, les motards ont enfourché leurs machines et manifesté. À Paris, par exemple, selon la FFMC, près de 10 000 motards se sont réunis.

Bientôt, le 18 juin 2016, de nouvelles manifestations ont eu lieu notamment à Carcassonne et Narbonne où les motards en ont profité pour rappeler qu’ils étaient aussi contre les zones de circulation restreinte.


Le stationnement des motos bientôt payant à Paris ?

C’est la nouvelle idée de Christophe Nadjovski, l’adjoint à la maire de Paris, en charge des transports. Pour justifier son idée, Mr Nadjovski explique que cela pourrait permettre de développer l’utilisation des motos électriques et donc d’augmenter leurs ventes. De plus, qui dit moto électrique dit moins de pollution. Enfin, c’est ce qu’explique l’adjoint à la maire de Paris.


L’idée de faire payer le stationnement des 2RM n’est pas nouvelle à Paris ; elle revient régulièrement sur le tapis, à coups d’arguments souvent démagos, heureusement sans succès jusqu’à présent. Apparemment, les motards parisiens peuvent garder espoir puisque, pour le moment, la maire de la capitale, Anne Hidalgo, ne partage pas le même point de vue que son adjoint, selon Autoactu.com.

Alors, heureux ?