Déjà plus de 3 902 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

L'Adblue, ce liquide anti-pollution que les amoureux du diesel vont détester

Plébiscité comme LA solution pour dépolluer efficacement un moteur diesel, l'AdBlue vient d'être remis en cause par une étude du sérieux institut néerlandais. Une épine dans le pied de Plastic Omnium et Faurecia qui en ont fait une source de revenus rentable. Mais au final, les plus ennuyés seront les automobilistes.

Faire le plein de carburant, de lave-glace et peut-être bientôt d’AdBlue, l’automobiliste a tout intérêt en 2020 à prévoir sa "to-do-list", au moment de passer en station. En plus du plein de carburant, de l’huile de temps en temps, de lave-glace régulièrement, l’automobiliste devra bientôt remplir aussi le réservoir d’AdBlue.

Et s’il oublie, sa voiture se chargera vite de lui rappeler, comme c’est déjà le cas sur les Peugeot équipées de moteur Euro6 Blue HDi. Sur les 308 actuellement commercialisées, un voyant, puis un message, avertissent le conducteur plusieurs milliers de kilomètres à l'avance. Après 20.000 kilomètres en conduite normale, si le réservoir est vide, impossible de démarrer la voiture! La 308 refait le coup de la panne, mais avec l’AdBlue. Mais, au fait, qu’est-ce que ce mystérieux liquide?

La solution pour dépolluer un moteur diesel

L'AdBlue est aujourd’hui un symbole quand on parle de dépollution des moteurs diesel. Cette solution aqueuse à base d’urée est en effet au cœur du système de dépollution SCR (Selective Catalytic Reduction, réduction catalytique sélective), une technologie reconnue comme la plus efficace pour éliminer les oxydes d’azote sur les moteurs diesel, les fameux Nox évoqués dans le scandale VW. Le SCR est également une jolie source de profits pour les équipementiers automobiles, comme l’allemand Bosch ou les français Plastic Omnium et Faurecia.

PO estime que 100% des Diesel en seront équipés au plus tard en 2022 pour respecter la très contraignante norme européenne de seulement 80g/km de Nox. PSA, Volkswagen, Audi ou encore BMW en équipent déjà tous leurs nouveaux modèles diesel, les autres cravachent pour l’intégrer, et tout le monde communique sur le "clean diesel" grâce au SCR. Un système complet coûte entre 300 et 500 euros par véhicule.

Fabricant du réservoir d'Adblue et du mélangeur qui l'injecte dans l'échappement, Plastic Omnium passera ainsi d'un million de système SCR produits en 2016 à 3 millions en 2019. Derrière l’enjeu environnemental, l’enjeu business est loin d’être négligeable. Mais l'institut TNO remet en cause cette vision de solution miracle du SCR.

Des réservoirs sous-dimensionnés

Parue le 9 mars et relayée par le magazine allemand WirtschaftsWoche, l'étude néerlandaise souligne que les véhicules équipés de SCR actuellement sur la route ne sont pas aussi "propres" que ne le soutiennent les constructeurs. Pour preuve, la taille des réservoirs d’AdBlue est trop réduite pour couvrir réellement tous les cas de dépollution annoncés. Alors le TNO pointe-t-il une nouvelle escroquerie très rentable du secteur automobile?

"L’approche du TNO est intéressante, car il compare les émissions de Nox en usage réel de circulation d’une voiture, donc l’AdBlue nécessaire à une dépollution en conditions réelles, et la quantité d’AdBlue réellement embarquée, donc la taille du réservoir, explique un ingénieur, fin connaisseur du secteur. Or le TNO démontre que la taille du réservoir embarqué sur les modèles testés ne permet pas de dépolluer correctement, tout le temps, le véhicule. Ce n’est pas le concept de SCR qui est remis en cause, mais la valorisation un peu mensongère des constructeurs".

Consommation d'AdBlue en hausse

Les spécialistes de la dépollution partagent cette analyse. Selon un manager d'un équipementier européen, "la taille actuelle du réservoir correspond à une efficacité du SCR pour les normes actuelles et le cycle d’homologation NEDC. Le SCR dépollue environ la moitié du temps, selon le cahier des charges donnés par les constructeurs. Demain, le SCR en lui-même sera toujours aussi efficace, il devra juste dépolluer en permanence comme le demande la nouvelle norme. Il consommera donc plus d’AdBlue".

En fait, derrière l’étude du TNO se niche en réalité la future angoisse du conducteur. Aujourd'hui, les réservoirs contiennent une vingtaine de litres d'Adblue, pour une consommation de 1 litre pour 1.000 kilomètres en moyenne. À partir de septembre 2019 et l'entrée en vigueur de la nouvelle norme Euro 6d, il faudra en consommer deux à trois fois plus pour dépolluer dans toutes les situations. Deux solutions sont alors possibles: mettre en place un réservoir d’AdBlue avec une plus grande contenance ou le remplir plus souvent. "Sur de gros modèles, un plus gros réservoir est envisageable, mais sur de petits modèles, pour des questions de poids ce n’est pas possible", poursuit notre directeur.

Une Renault Mégane embarquera un réservoir d’une douzaine de litres, quand un Audi Q7 dispose d’un réservoir de 23 litres. Le poids étant l'ennemi des constructeurs car, plus elle est lourde, plus la voiture consomme, le choix est vite fait. Les automobilistes passeront plus souvent à la pompe. "Quand on voit le stress des gens lorsque leur jauge à carburant passe dans le rouge, je vous laisse imaginer...", constate un autre ingénieur. A environ 13 euros le bidon de 10 litres, ce n'est pas tant le prix du liquide que le stress qu'il pourra générer qui pose question.

Un plein tous les 3.000 kilomètres

Les constructeurs font eux actuellement du lobbying en Europe pour augmenter le nombre de points où l'AdBlue est disponible. Si le remplissage du réservoir se fait aujourd’hui lors de la vidange, via une trappe à AdBlue souvent logée dans le coffre ou le compartiment moteur, les équipementiers travaillent sur une nouvelle trappe à AdBlue, accessible directement à côté de la trappe à carburant. Souvenez-nous de la fameuse "to-do-list"... "L’optimisation du système de dépollution ira de pair avec une l’amélioration des émissions en sortie moteur, rassure Emmanuel Jean, maître-expert en dépollution chez Faurecia. Injecter toujours plus d'AdBlue ne peut être l'unique solution pour dépolluer un moteur diesel".

La recherche se poursuit donc. En septembre dernier, au dernier salon automobile de Francfort, Plastic Omnium a présenté une solution de SCR solide, qui ne demande pas de gros réservoirs. Le conducteur devra recharger le système tous les 3.000 kilomètres environ, pour un coût avoisinant à chaque fois les 10 euros. Sinon, la voiture ne roule pas. Là encore, c’est le conducteur qui devra faire le plein... et payer.