Déjà plus de 3 950 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

Périph parisien : depuis la baisse à 70 km/h, les flash ont bondi de 20%

Maintenant que la limitation de vitesse est passée à 70 km/h, les 16 boitiers installés autour de la capitale se déclenchent désormais à 1200 reprises chaque jour. Les automobilistes sont plus nombreux à dépasser la limite autorisée sur le périphérique depuis qu’elle a été réduite à 70 km/h en janvier. | (LP/M.M.)

C'est un chiffre qui ne surprend personne... mais qui va pourtant raviver la colère des automobilistes opposés à l'abaissement des vitesses autorisées sur la route.

Depuis le 10 janvier, date à laquelle la vitesse maximale sur le périphérique a été ramenée à 70 km/h (au lieu de 80), le nombre de flashs recensés sur l'anneau parisien a bondi de 20 %.


Selon le site Autoplus qui a révélé cette hausse, les 16 boitiers installés autour de la capitale (soit un tous les 4 ou 5 km selon le sens de cirulation) se déclenchent désormais à 1 200 reprises chaque jour. Avant l'abaissement des vitesses, la moyenne quotidienne n'était « que » de 1 000 flashs.

Une mesure « pompe à fric »

La préfecture de police, qui confirme ces résultats, relativise cependant l'ampleur du phénomène. Rapporté au trafic journalier du périphérique (qui dépasse fréquemment 1,3 millions de véhicules), c'est moins d'un automobiliste sur mille qui se fait verbaliser.

Pas de quoi rassurer les associations de conducteurs qui avaient dès janvier dernier dénoncé une mesure « pompe à fric ». « Depuis quelques semaines, nous recevons très régulièrement des appels de personnes qui se plaignent d'avoir été flashées sur le périphérique -- la plupart du temps de nuit -- pour avoir roulé un tout petit trop vite », note Christiane Bayard, la secrétaire générale de la ligue de défense des conducteurs.

Cette dernière est d'autant plus agacée par cette hausse qu'elle ne s'est accompagnée d'aucun bilan sur l'accidentologie du périphérique. « L'abaissement de la vitesse était pourtant supposé rendre le périphérique plus sûr », rappelle t-elle.

L'impact du passage à 70 km/h pour réduire la pollution de l'air et les nuisances sonores n'a pas encore été évalué. « Nous estimons que le bruit va baisser d'environ 1 dB ; une réduction trop faible pour être perçue par l'oreille humaine », reconnaît-on au siège de Bruiparif. L'association recommande de baisser la vitesse à 50 km/h la nuit pour que les 100 000 riverains du périphérique « entendent » une réelle différence.

Airparif, l'organisme qui mesure la qualité de l'air, est tout aussi réservée. « Il y aura une réduction des émissions de polluants de seulement quelques pourcents. Mais c'est toujours mieux que rien. »

Dès janvier dernier, la ligue de défense des conducteurs et l'automobile club des avocats avaient argué de ce manque d'impact pour attaquer en justice le changement de limitation de vitesse. Leur recours pour « erreur manifeste d'appréciation » ne sera pas examiné par le Conseil d'Etat avant au moins un an. Beaucoup de flashs risquent de se déclencher d'ici là.