Déjà plus de 3 888 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

Périphérique : réduction de la vitesse, hausse de la pollution

Selon les experts, la réduction à 70 km/h de la vitesse sur le périphérique parisien a un effet contre-productif sur la pollution.

A la veille du deuxième tour des municipales 2014 et alors qu'Airparif annonçait un nouveau pic de pollution, il paraît opportun de rappeler que durant ses deux mandatures, le maire de Paris Bertrand Delanoé n'a eu de cesse de décourager les automobilistes d'utiliser leurs véhicules. Rien ne leur a été épargné: modification des plans de circulation, désynchronisation des feux, diminution des voies de circulation, circulation à contresens des vélos, au mépris de la plus élémentaire des règles de sécurité, fermeture des voies sur berge rive droite, feux de signalisation sur les quais rive gauche. Les pouvoirs publics chercheraient à se réduire la part de l'automobile et à dégoûter définitivement les automobilistes de la voiture, au risque de déboussoler un pan entier de l'économie française, qu'ils ne s'y prendraient pas autrement.

Et enfin, depuis le 10 janvier dernier, les 1,3 million d'usagers qui empruntent les 35 km du boulevard périphérique parisien ont dû réduire leur vitesse de 10 km/h, à 70 km/h au lieu de 80 km/h précédemment. D'après la mairie de Paris, cette mesure permet de faire baisser le nombre d'accidents de 23 %, la pollution atmosphérique de 5 % et le bruit de 1,7 décibels pour les véhicules légers. S'agissant des accidents, on se demande bien sur quelle méthode de calcul savante se fondent les pouvoirs publics pour prétendre réduire de plus de 20 % le taux.

Concernant l'impact de la réduction de la vitesse sur la pollution, les experts sont moins affirmatifs que la mairie de Paris. Selon Gilles Aymoz, responsable de la qualité de l'air à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), la limitation de la vitesse à 70 km/h aurait même un effet contre-productif. «Les réductions de vitesse décidées en Ile-de-France ont un faible impact sur la pollution», admet-il. Au dessus de 70 km/h, le gain est très faible. Et il ajoute «qu'en dessous de 70 km/h, cela joue au détriment de la qualité de l'air.» Pour des raisons simples à comprendre. Le respect des 70 km/h contraint les automobilistes à rouler sur un rapport de boîte de vitesses inférieur, gage de consommation supérieure. Les émissions de CO2 étant indexées sur la consommation sont donc amenées à remonter. C'est d'autant plus vrai avec les véhicules récents qui bénéficient de derniers rapports rallongés et d'une gestion moteur calibrée pour rouler sur le dernier rapport. Éviter le sous-régime revient donc aussi à augmenter le régime moteur et ainsi le nombre de décibels.