Déjà plus de 3 888 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

Sécurité routière : l'interfile des motards enseignée à l'auto-école

Le gouvernement détaille aujourd'hui les modalités de cette pratique, officialisée à partir du 1er février.

Des motards qui remontent la voie de gauche à la queue leu leu entre deux files de voitures. Cette pratique, ultra-courante sur le périphérique parisien et les autoroutes urbaines, était jusqu'ici tolérée mais officiellement interdite. Par la grâce d'un décret, elle sera désormais autorisée à partir du 1 er février, pendant quatre ans et à titre expérimental, en Ile-de-France, dans les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône. Le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, présentera ce matin les détails de cette mesure et appellera les autos et moto-écoles à « enseigner la circulation interfile » à leurs élèves.

A terme, de nouvelles séries de questions liées à cette pratique devraient même être intégrées lors du passage du Code de la route. « 98 % des deux-roues roulent déjà en interfile dans les grandes villes, mais les règles de prudence ne sont pas enseignées, constate Emmanuel Barbe. Notre but est d'éduquer les conducteurs à une pratique vertueuse de ce mode de circulation et de faire baisser la mortalité en luttant contre les mauvaises habitudes de certains conducteurs de deux-roues qui font de l'interfile de manière anarchique. » Environ 800 accidents liés à une circulation au milieu des voitures sont recensés chaque année sur le périphérique parisien, et sept à huit décès par an en France seraient liés à la présence d'un deux-roues entre deux voies de circulation.

>> NOTRE DEBAT. Pour ou contre la circulation des motards entre les files.

« Avoir une vraie formation dans les auto-écoles permettra aux deux-roues mais aussi aux automobilistes de mieux appréhender l'interfile qui se fait aujourd'hui de manière un peu empirique », souligne le délégué général de la Fédération française des motards en colère (FFMC), Nathanaël Gagnaire. « Il vaut mieux enseigner cette pratique que de la laisser à l'état sauvage, estime Jean-Yves Ferron, moniteur d'auto-école à Neuilly. Moi, j'apprends déjà à mes élèves à jeter en permanence un coup d'œil dans le rétro de la voiture et à bien se positionner sur le côté gauche de la chaussée en s'efforçant de laisser le champ libre aux motos ou scooters qui arrivent derrière. »

Le gouvernement va distribuer aux auto-écoles de la documentation spécifique à cette pratique, tout en rappelant les contours stricts du décret (voir encadré). Pas question en effet de tolérer qu'un motard ou un conducteur de scooter circule à plus de 50 km/h entre deux files de voiture ou pratique l'interfile en ville. Dans ce cas, les conducteurs s'exposent à un retrait de trois points sur leur permis. La Mutuelle des motards estime de son côté que ce nouveau décret, à condition d'être strictement respecté par les motards, facilitera les modalités d'indemnisation des deux-roues qui étaient jusqu'ici systématiquement considérés comme fautifs en cas d'accident survenu en interfile.

Une pratique courante mais dangereuse ?

77 % d’un trajet domicile-travail effectué par un deux-roues motorisé se fait en circulant entre les files.

584 motos circulant en interfiles ont été impliquées dans des accidents corporels en France en 2009, dont 86% ont eu lieu en Ile-de-France.

4,2 millions de deux/trois-roues motorisés circulaient fin 2011 en France, dont 1,85 million de motos de plus de 125 m3.

980 conducteurs de deux-roues motorisés sont morts sur la route en 2011.

Charlotte Patron. Sources : Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux, Fédération française des sociétés d’assurance-Groupement des entreprises mutuelles d’assurance.