Déjà plus de 3 888 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

Sécurité routière : les jeunes totalement privés d'alcool au volant ?

Un rapport remis au ministère de l'Intérieur suggère de "retenir un taux de 0,2 gramme par litre de sang (au lieu de 0,5) pour les conducteurs novices de moins de deux ans".

Les jeunes bientôt condamnés aux cocktails sans alcool ? Selon un rapport d'évaluation de la politique de sécurité routière remis en juillet au ministère de l'Intérieur, et consulté par "Le Parisien", les inspections générales de l'administration, de la gendarmerie et de la police nationale suggèrent de "retenir un taux de 0,2 g/l de sang (au lieu de 0,5 g/l) pour les conducteurs novices de moins de deux ans".

Le Luxembourg, l'Irlande, la Grèce ou le Portugal ont déjà mis en oeuvre cette mesure, rappelle le journal, tandis que l'Allemagne, la Suisse et l'Italie appliquent la tolérance zéro alcool pour les automobilistes n'ayant que deux à trois ans de permis. 

Or, poursuit "Le Parisien", il est communément admis qu'un verre fait monter le taux de 0,15 à 0,30 g/l selon la corpulence. En d'autres termes, certains conducteurs (schématiquement, des jeunes filles de faible corpulence) pourraient dépasser les 0,2 g/l après avoir seulement bu un verre.

"Compte tenu du manque d'expérience des conducteurs novices, de leur taux d'accident et de l'impact sur les temps de réaction d'une alcoolisation même légère, la réduction de l'alcoolémie admise pour les conducteurs novices a un sens", souligne ce rapport de 319 pages.

"Six points de permis"

Estimant que "les actions d'éducation et de prévention routière sont conséquentes mais insuffisantes pour les 16-24 ans", les auteurs du rapport admettent que cette réduction du taux légal d'alcool "serait vraisemblablement mal perçue par les conducteurs novices qui y verraient une restriction de leur liberté".

"Il est toutefois vraisemblable que leurs proches soient favorables à une telle mesure de prévention qui nécessiterait, pour être acceptée, de ménager un temps de contrôle pédagogique avant d'être appliquée strictement."

Quelle sanction ? Les auteurs du rapport se demandent si, "en cas d'alcoolémie entre à 0,2 g/l et 0,5 g/l, il convient de retirer six points de permis, soit de fait la totalité du permis pour les novices de moins d'un an".

"En 2013, les conducteurs de 18 à 24 ans ayant consommé de l'alcool étaient impliqués dans un accident sur deux entre minuit et 6 heures du matin, les samedi et dimanche", s'alarmait en début d'année Manuel Valls, qui était encore ministre de l'Intérieur.

Un "document de travail"

La mesure ne plaît pas forcément aux associations de sécurité routière qui rappellent, selon "Le Parisien, que "dans plus des deux tiers des accidents mortels impliquant un conducteur ivre, l'alcoolémie est supérieure à 1,5 g/l".

Le rapport suggère plusieurs autres mesures chocs pour réduire l'accidentalité routière. Comme multiplier les radars double face pour flasher les deux-roues, dresser des PV à la volée, accroître la vidéoverbalisation, confisquer les véhicules des conducteurs sans permis...

Au ministère de l'Intérieur, on calme le jeu. Il s'agit seulement d'un "document de travail" : "certaines des pistes proposées" seront étudiées "avec l'ensemble des ministères concernés".