Déjà plus de 3 950 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

Un permis de conduire plus rapide

Mâcon, vendredi. Le ministre a assuré que « le permis ne sera jamais privatisé tant que je serai à ce poste ». Il a aussi débattu avec des bénéficiaires de l’aide au « permis citoyen » de Mâcon.

En visite à Mâcon, Bernard Cazeneuve a présenté sa réforme du permis de conduire : plus rapide à passer et donc moins cher.

La République aime les symboles. Pour présenter sa réforme du permis de conduire vendredi après-midi à Mâcon, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a préféré la Maison de l’Emploi de Mâcon à une auto-école. Parce que « le permis de conduire est souvent le permis de travailler » a introduit le ministre de l’Intérieur. Il a clairement exprimé la priorité de sa réforme pour les jeunes. « Quand on réussit son permis la première fois, il coûte environ 1 500 €. Mais 40 % des jeunes le ratent au premier examen. Et avec la nécessité des leçons supplémentaires à prendre pour garder la main et les délais trop longs de représentation à l’examen, ce coût passe à 2 000 voire 2 500 €. J’ai voulu mettre fin à cela », a indiqué le ministre. En France, l’attente pour le 2e passage est de 98 jours (jusqu’à 5 mois en Ile-de-France) alors que sa moyenne est d’un mois et demi dans les autres pays d’Europe.

Appel aux retraités

La réforme vise à réduire de moitié (45 jours) les délais actuels de représentation au permis. Comment ? En recentrant les inspecteurs sur l’examen de conduite. Ils y passaient 40 % de leur temps de travail (et le reste au code, aux permis moto et poids lourds, aux actions de prévention, de contrôle et formation), ce sera désormais 60 %. Pour les décharger de la surveillance de l’épreuve théorique (le code) qui n’exige pas leur niveau de qualification, le ministère va mobiliser « dès le 1er juillet 2014 » des retraités de la gendarmerie et de la police nationales, et d’autres agents publics. Les effectifs d’inspecteurs cesseront de diminuer. Le 1er septembre prochain, l’épreuve pratique du permis B sera réduite de 35 à 32 minutes par la suppression d’étapes inutiles. D’autre part, la méthode d’attribution des places d’examen aux auto-écoles ne pénalisera plus les candidats au 2epassage. « On a le droit de réussir quand on a échoué une première fois ! » a-t-il insisté dans un propos qui ne portait nulle extrapolation politique. Ces mesures feront gagner 117 500 places d’examen B supplémentaires/an (il y a 800 000 candidats/an). « Chaque mois gagné représente 200 € d’économie pour les candidats », selon le ministre.

À ces mesures à très court terme, Bernard Cazeneuve veut en ajouter d’autres pour les jeunes. Comme promouvoir la conduite accompagnée dès 15 ans (et permis à 17,5 ans). Il veut aussi qu’on puisse apprendre le code sur Internet et qu’on en passe l’examen sur tablette numérique plutôt qu’avec diapos et feuille papier. À Mâcon, il a aussi prêté une oreille très intéressée aux bénéficiaires du « permis citoyen », ce dispositif expérimental mené depuis 2012 qui accorde une aide au permis de 200 à 750 € (État, Région, ville de Mâcon) contre 35 heures de travail d’intérêt collectif. Un beau succès.