Déjà plus de 3 880 élèves ont fait confiance à nos écoles du Val de marne.
Agence de St Maur / Créteil 09 82 56 54 55
Agence de Nogent RER 09 83 51 52 62

Vers des vignettes Crit'air qui prennent en compte la conduite ?

L’IFPEN développe une nouvelle génération de vignette Crit’Air prenant en compte le style de conduite du conducteur.

Sachant que pour un même véhicule, le style de conduite peut amener à des émissions de polluants plusieurs fois supérieures à une « éco-conduite », l’IFPEN (Institut Français du Pétrole Energies Nouvelles) a décidé de créer une vignette bardée de capteurs.

« (…) à même véhicule et même trajet, nous avons observé des variations de NOx jusqu’à 400 % et de CO2 jusqu’à 20 % (…) » indique Gaëtan Monnier, directeur du centre de résultats transports de l’Ifpen.

GPS, accéléromètre, magnétomètre, etc.) la vignette peut connaître la conduite adoptée sans se connecter à la voiture elle-même.

 

Ils s’appuient sur une étude qu’ils ont réalisée, portant sur plusieurs véhicules de différentes normes. Conduits de façon différentes, ils polluent…différemment. Cependant, un véhicule d’une norme euro spécifique ne change pas pour une autre comme par magie.

Que faire de ces données ?

En fonction de la conduite, une lettre est affichée sur la vignette, via des LED. Ainsi on ne touche pas au numéro qui correspond à l’homologation du véhicule. Mais, on affiche clairement si le conducteur est un « bon éco-citoyen » ou non.

La vignette qui sera communicante pourra interagir avec capteurs de zone de circulation restreinte. Vignette 2 certes, mais conduisant « hors des clous » ? Vous pourriez vous voir l’accès à certaines zones refusé. Une vignette éco-citoyenne contraignante en quelque sorte.

Aide à l’éco-conduite ou flicage ?

Evidemment, pour le moment, l’état ne compte pas mettre en place cette vignette « 2ème génération ». Déjà, le prototype ne sera disponible que fin mars 2018. Ensuite, ce serait perçu très certainement comme une intrusion de plus dans la sphère de la vie privée.

Des applications existent déjà pour savoir si vous conduisez de façon « écologique » ou non. Certaines entreprises utilisent même ces applications pour (officiellement) aider leurs salariés à moins consommer et moins user les véhicules.

Des assurances utilisent également ces applications, là aussi sous couvert de conseils de conduite. Le but est plus d’éviter une conduite à risque.

Alors aide réelle ou flicage ?

Source : IFPEN via flotauto, illustration : T. Emme/le blog auto